Fukushima : 5 ans d’une catastrophe nucléaire

Le 11 mars 2011, le Japon connaissait une catastrophe naturelle majeure, qui a été à l’origine d’une des pires catastrophes nucléaires que le monde ait connues. Tandis que nous commémorons le 11 mars 2016 les cinq ans de cet accident, la catastrophe nucléaire n’est toujours pas terminée. Les cœurs des réacteurs entrés en fusion nécessitent toujours d’être refroidis, et sont à l’origine de rejets de radioactivité dans l’environnement. Des quartiers demeurent aujourd’hui inhabitables. La majeure partie des 160 000 déplacés à la suite de l’accident n’ont pas pu retrouver leur maison.

La catastrophe de Fukushima doit nous alerter sur la vulnérabilité des installations nucléaires aux diverses menaces. Pierre-Franck Chevet, président de l’Autorité de Sureté Nucléaire, confiait d’ailleurs le 3 mars dernier à Libération «il faut imaginer qu’un accident de type Fukushima puisse survenir en Europe».

Tandis que se pose la question de la prolongation décennales de nos centrales nucléaires au-delà des 40 années initialement prévues, nous rappelons notre attachement à une sortie du nucléaire.

Jeunes Socialistes de la Manche, nous appelons à investir massivement dans la transition énergétique, de manière réconcilier notre modèle énergétique avec les exigences d’indépendance énergétique et de sécurité. Le chantier des Énergies Marines Renouvelables, notamment dans le Cotentin, en est un très bon exemple.

logo sortie nucléaire

8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes : combattre le sexisme partout et tout le temps


Comme tous les ans à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, le Mouvement des Jeunes Socialistes de la Manche tient à rappeler que le sexisme est une réalité partout en France et dans le monde et que la lutte pour l’égalité entre les femmes et les hommes ne s’arrête jamais.

Si la gauche agît pour la réduction des inégalités et l’émancipation des femmes (IVG remboursé à 100%, campagne contre le harcèlement de rue, parité dans les institutions …), les Jeunes Socialistes ont été profondément outrés de la création d’un ministère de la famille, des enfants et des droits des femmes lors du remaniement du 11 février 2016. Cette action marque un profond recul de la part du Gouvernement, alors que les droits des femmes avaient, en 2012 un ministère entièrement dédié, ensuite liés aux affaires sociales en 2014. Joindre les droits des femmes aux enfants et à la famille revient à une idéologie proche de celle des années 50.

Si les femmes ont plus de droits en France que dans certains pays, l’égalité totale est encore loin d’être une réalité. Une étude sortie le 2 mars dernier montre que 27% des français pensent que l’auteur d’un viol est moins responsable si la femme portait une tenue sexy, ou encore que 20% pense que, des fois, un « non » peut vouloir dire « oui ». Nous tenons à rappeler que le seul responsable d’un viol est le violeur, en aucun cas ce n’est le comportement de la femme, le contexte, la situation … Non, c’est non !

D’autres chiffres sont tout aussi affligeants : 100% des femmes disent avoir déjà été victimes de harcèlement de rue, 1 femme sur 3 dit avoir déjà été agressée sexuellement. En 2016, les inégalités salariales sont toujours une réalité. Pour un même travail, les femmes gagnent en moyenne 27% de moins que les hommes.

Aujourd’hui encore, que soit dans le monde du travail, en politique ou encore dans l’associatif, les femmes peinent à accéder aux responsabilités. Alors que les femmes représentent 51% de la population française, elles ne sont que 27% à l’Assemblée Nationale et 25 % au Sénat. Localement, sur les sept parlementaires de la Manche, il n’y a qu’une seule femme et les maires des grandes communes du département sont tous des hommes, toutes couleurs politiques confondues. Nous saluons cependant l’action de la commune de Cherbourg-en-Cotentin qui, cette année encore, nous invite à réfléchir à la place des femmes et des hommes dans la société avec la Xe édition du festival Femmes dans la ville.

Contrairement aux idées reçues, le féminisme n’est pas un combat réservé aux femmes, et ce n’est pas non plus promouvoir une supériorité des femmes, mais lutter pour l’égalité et contre les discriminations. C’est une valeur indispensable pour faire évoluer la société pour vivre ensemble et vivre mieux.

Communiqué de Presse – Loi travail : casser les droits sociaux acquis depuis un siècle

 

Les Jeunes Socialistes de la Manche ont étudié avec attention le projet de loi de la ministre du Travail, madame Myriam El Khomri.

 

Après la loi Macron et son travail du dimanche, c’est maintenant la réforme du Travail qui vient attaquer les droits des salariés. Alors que nous fêtons les 10 ans des grandes mobilisations contre le CPE, dans lesquelles beaucoup de cadres du Parti Socialiste maintenant aux responsabilités ont pris part, le gouvernement attaque de front son propre camp : les ouvriers, le mouvement social et la jeunesse. Cette potentielle réforme n’a rien a envier au projet très libéral de Dominique De Villepin en 2006.

 

Nous nous attristons des propos du Premier Ministre, qui qualifie, une fois de plus, de « passéistes » ceux qui s’opposent à ce projet. En plus de tourner le dos à ses alliés, le fait de dire que la loi El Khomri va dans le sens du progrès est faux : au contraire, elle recule sur les avancées historiques obtenues par le mouvement social et faites par la Gauche depuis un siècle. Être passéiste, c’est donc casser ces acquis, le progrès, ce serait d’en installer davantage.

 

Ces mesures sont d’autant plus dangereuses pour la jeunesse. Nous avons encore en mémoire les mots de François Hollande lors de la campagne présidentielle : « Priorité jeunesse, pour que les jeunes vivent mieux en 2017 qu’en 2012. » En plus de précariser les jeunes dès leur entrée dans la vie active, si cette loi est adoptée telle qu’elle est, les jeunes seront précarisés toute leur vie.

 

Nous préférons porter un projet qui se baserait sur le passage de la durée légale de temps de travail à 32 heures par semaine, la retraite à 60 ans, une augmentation significative du SMIC et des bas et moyens salaires en général, et enfin, l’interdiction des licenciements boursiers dans les entreprises réalisant des bénéfices.

 

Les Jeunes Socialistes de la Manche sont heureux de voir que les syndicats s’organisent pour une mobilisation unitaire et que des voix de personnalités s’élèvent contre cette réforme. Nous seront à leurs côtés, dans le mouvement social, car c’est là le cœur et la place de la Gauche, et non à écouter les propositions du MEDEF.

code_du_travail

Intervention de Marie LEMENAND-DUREL sur France Bleu Cotentin le 29 décembre 2015 – Réaffirmation de notre opposition à l’inscription du principe de déchéance de la nationalité dans la constitution.

Ce mercredi 29 décembre 2015, Marie Lemenand-Durel, Animatrice Fédérale du MJS Manche, intervenait au journal de 12h de France Bleu Cotentin pour réaffirmer notre opposition à l’inscription du principe de déchéance de la nationalité dans la constitution.

Carte d'identité

Communiqué de presse – Les Jeunes Socialistes contre la déchance de nationalité, pour une politique de Gauche respectueuse des Droits de l’Homme

Le Mouvement des Jeunes Socialistes de la Manche est déçu de la décision du Président de la République d’instaurer la déchéance de nationalité, et d’une manière générale, de la politique de lutte contre le terrorisme.

Une telle réforme constitutionnelle correspond à la banalisation de mesures d’exception telles que l’état d’urgence, lui-même antidémocratique.

Comme disait Jean Jaurès, on ne répond pas à la guerre par la guerre. Le MJS a été choqué par les violences policières à l’encontre des militants écologistes durant la COP 21, en région parisienne comme en province, de plus, ce n’est pas une façon de lutter contre Daesh. Les militants ayant subit violences physiques, gardes à vue etc, n’étaient ni des terroristes, ni des criminels, et pourtant, ils ont été traité comme tels. En instaurant un tel climat, la France laisse gagner ceux qui ont attaqué notre République, notre démocratie qui a pour base, entre autres principes, la liberté d’expression.

Après ces déceptions, nous avons appris aujourd’hui que nos dirigeants souhaitaient instaurer la déchéance de nationalité contre les français qui pourraient être des terroristes. Cette décision nous pose plusieurs problèmes : premièrement, nous ne voyons pas comment, une personne souhaitant commettre un attentat contre la France, pourrait être découragée si on la menace de lui retirer sa nationalité Française. Si cet individu, ou groupe d’individu, souhaite s’attaquer à notre République, cela semble logique qu’il ne soit pas attaché à sa nationalité. Cette mesure est donc inutile. Ensuite, cela nous fait peur, autant pour les jours qui viennent quand on peut observer les violences évoquées précédemment, que si la droite ou l’extrême-droite arrivait au pouvoir un jour. Pourrions-nous imaginer des militants écologistes déchus de leur nationalité pour avoir exprimé leur opinion ? Des syndicalistes qui se verraient retirer une partie de leur identité pour avoir essayé de défendre leurs acquis ? La liste des exemples pourrait être malheureusement trop longue.

Nous, Jeunes Socialistes, demandons aux élus de la République de prendre garde à ne pas instaurer des mesures liberticides sous le coup de l’émotion, mais plutôt de répondre à la terreur par la paix, la liberté, la culture et l’éducation. La mission première de la Gauche, c’est la transformation sociale, pas de reprendre les mots et les idées de la droite et de l’extrème-droite, qu’on parle d’économie, de vivre ensemble, et ici, de sécurité.

Intervention de Marie LEMENAND-DUREL en meeting départemental pour Nicolas MAYER-ROSSIGNOL le 2 décembre 2015

Chers amis, chers camarades,

C’est avec beaucoup de fierté que j’ouvre ce meeting en prenant la parole pour les Jeunes Socialistes. C’est avec autant fierté que je suis pour la première fois candidate à une élection. J’en suis très honorée car la région est un acteur quotidien de la vie des jeunes. Gestion des lycées, transports, santé, ou encore formation et enseignement supérieur, quelle chance pour nous, jeunes normands, de vivre dans une Normandie aussi bien gérée.

Alors oui, je suis fière et honorée. Mais je suis également inquiète. Je suis inquiète parce qu’il existe un risque que la région bascule à droite, voire pire, à l’extrème-droite. Que deviendraient alors tous nos acquis ?

Bien sur, je pense à la carte @too, qui permet à chaque jeune d’acheter ses manuels scolaires, d’avoir accès au sport, à la culture, et bien d’autres choses, sans se ruiner.

Mais je pense aussi à nos lycées, que la gauche a retrouvée, en 2004, dans des états déplorables, après la gestion de la droite. Enfin, quand rien n’a été fait, je ne sais pas si on peut vraiment parler de gestion …

Alors que la gauche, depuis plus de 10 ans, en a rénové 100% ! J’ai également peur de prendre le train et ne pas arriver à la bonne destination, si nos TER étaient gérés par une droite qui ne sait même pas placer Caen ni Cherbourg sur une carte !

La liste de nos acquis est longue que ce soit en Basse-Normandie avec Laurent ou en Haute-Normandie avec Nicolas. Je pense à l’aide au logement étudiant, l’accès à la santé, à la formation, à la mobilité internationale, le soutien à la création de start-up … La gauche unie peut se féliciter de son bilan.

Mais nous avons aussi un projet ambitieux pour la jeunesse, dont nous faisons une priorité. Cette jeunesse, pour commencer, nous la respectons et nous lui faisons confiance.

Cette confiance, se traduit déjà par la moyenne d’âge de la liste et le nombre de jeunes qui y sont présents. Nous sommes fiers, au mouvement des jeunes socialistes, de faire campagne pour le plus jeune président de région de France. Avec Nicolas Mayer-Rossignol comme président de la Normandie, je ne serai plus inquiète, car je saurai que le quotidien et l’avenir des jeunes normands ne sont pas en danger.

Avec les Jeunes Socialistes, nous sommes sur le terrain chaque jour pour défendre une Normandie de gauche. J’entends souvent « Mais Marie, tu n’as que 22 ans, profite de ta jeunesse, tu pourras faire de la politique plus tard ».

A ça je réponds d’abord, que j’ai toujours 22 ans, ça ne m’empêche pas de profiter de ma jeunesse, ensuite je dis que c’est justement pour profiter de ma jeunesse et ainsi voir les jeunes vivre mieux que je suis engagée en politique.

On dit que les jeunes ne s’engagent plus, et bien c’est faux. Quand nous leur parlons de leur lycée, de leur fac, de leur avenir, ils s’intéressent, discutent, proposent des idées. C’est pour cela que la création d’un Conseil Régional des Jeunes et la mise en place de budgets participatifs dans les lycées sont des mesures concrètes qui favoriseront l’engagement des jeunes, en plus de leur donner leur pleine place en Normandie.

Nous avons nous aussi fait des propositions à Nicolas, et je suis heureuse de faire campagne pour la généralisation de la Caution Locative Étudiante, la gratuité des transports scolaires, l’instauration d’un Pass-Santé pour les lycéens et apprentis, la mise en place d’une bourse régionale pour favoriser la mobilité nationale et internationale des étudiants et pour des menus favorisant les produits locaux dans les lycées.

 Un projet aussi ambitieux est à l’image de notre belle Normandie. La réunification de nos deux régions est un moment historique, et c’est la gauche qui l’a fait ! Ne laissons pas la droite et l’extrème-droite s’en emparer. Nous, Jeunes Socialistes, seront jusqu’à la dernière minute sur le terrain pour défendre nos valeurs, des valeurs de progrès, de solidarité, de vivre-ensemble… Les valeurs de la gauche

.FLT_7425FLT_7393

C’est Halloween ! Parlons un peu de fantôme

herve_morinhalloween

Aujourd’hui c’est Halloween ! L’occasion pour nous de vous parler d’un fantôme. En effet, Monsieur Morin, élu conseiller régional de Haute-Normandie en 2004, a eu un taux d’absence de … 75% ! Avant de démissionner moins d’un an plus tard, parce que siéger à la région était « au dessus de ses forces » (c’est lui qui l’a dit !) Et aujourd’hui il essaye de faire croire qu’il pourrait devenir Président de la Grande Normandie …

Si vous non plus vous ne voulez pas d’un fantôme à la tête de la région, les 6 et 13 décembre, on vote socialiste !

Commune nouvelle : bienvenue à Cherbourg-en-Cotentin !

COMMUNIQUE DE PRESSE

LES JEUNES SOCIALISTES SALUENT LE VOTE DE LA COMMUNE NOUVELLE

Ces deux derniers jours, le Conseil de la Communauté Urbaine de Cherbourg et les cinq conseils municipaux ont dit « oui » à la Commune Nouvelle.

Le Mouvement des Jeunes Socialistes de la Manche saluent l’issue de ce vote. Grâce à la démocratie représentative, le processus de création de commune nouvelle est désormais acté, et ce avec le soutien de la majorité des formations politiques. Le territoire de l’agglomération et ses alentours vont enfin pouvoir prétendre à des projets plus ambitieux, et peser demain dans la grande Normandie.

C’est une excellente nouvelle pour la qualité de vie des habitants du Nord-Cotentin et en particulier pour les jeunes, qui grandiront et évolueront sur un territoire plus actif, plus attractif, avec plus de mobilité.

Bien que totalement favorables au projet, les Jeunes Socialistes seront très attentifs à l’éventuelle création d’un Grand Cotentin. Il devra prendre en compte l’ensemble des attentes de tous les habitants du territoire, afin que l’équité entre les territoires ruraux et urbains soit préservée et entretenue.

Le MJS Manche est fier de faire partie d’une famille politique qui fût à l’initiative de ce beau projet. Et pour reprendre les mots de Benoît Arrivé : « Ce vote est porteur d’avenir pour un beau projet au service des habitants ».

La caravane des jeunes socialistes de Normandie de passage dans la Manche

caravaneDu 17 au 23 août, les jeunes socialistes de la grande Normandie font le tour de la région afin d’informer les jeunes sur l’inscription sur les listes électorales possible jusqu’au 30 septembre pour voter aux élections régionales du 6 et 13 décembre prochain.

Ce tour de Normandie se clôturera dans le département de la Manche par trois étapes :

21 août : Saint-Lô

22 août : Valognes / Cherbourg-Octeville

23 août : Granville  / Mont-Saint-Michel

Sauvons les urgences de Valognes !

6125551Appel à la manifestation du 22 août

Le Mouvement des Jeunes Socialistes suit de près la situation des urgences et du Smur de Valognes. Cette situation est extrêmement préoccupante, et nous restonsvigilants quant à l’accès aux soins pour tous.

Comme plusieurs élus socialistes l’ont rappelé, nous attirons l’attention sur le fait que cette fermeture n’est nullement le fruit d’une volonté de faire des économies au Centre Hospitalier du Cotentin, mais une difficulté à recruter des personnels en période d’été. Continuer la lecture